4 raisons qui font que vous jouez même quand vous ne parlez pas

4 raisons qui font que vous jouez même quand vous ne parlez pas

Ah ! La grande et éternelle question de la parole au théâtre. Soyons clairs et nets, ce n’est pas parce que vous ne parlez pas que vous ne jouez pas. Un exemple très simple : Charlie Chaplin. Doit-on considérer que Charlot n’est pas un acteur parce qu’il ne parle pas ? Non, sans aucun doute. Charlie Chaplin est bel et bien reconnu comme étant un acteur majeur de notre époque.

Voici donc quatre bonnes raisons qui vous permettent de comprendre que l’on joue même si on ne parle pas :

1. Jouer c’est d’abord écouter. Écouter l’autre, votre partenaire, celui qui joue l’autre personnage. Il est impossible de jouer correctement, et avec une qualité de jeu suffisante si vous n’êtes pas en connexion avec votre partenaire. Être connecté ne veut pas dire nécessairement parler. Cela ne veut pas dire nécessairement regarder votre partenaire. C’est amener toute votre attention sur l’autre.

2. Jouer c’est faire, faire des actions, des actions sur l’autre, et pour le changer. L’autre, c’est votre partenaire de jeu, l’autre personnage votre scène.

3. Lorsqu’il ne parle pas, un acteur se doit d’être systématiquement à l’écoute de son partenaire. Écouter, c’est être encore enjeu. Les élèves, les acteurs ont souvent cette tendance à se reposer, à se mettre en « off » lorsqu’ils ne parlent plus. Et cette attitude est typique d’un acteur qui est centré sur lui et perd dans le jeu et perd la connexion avec son partenaire. Cette connexion doit exister en permanence pendant la scène. Jouer commence donc par être connecté, et vous vous devez d’être connectés tout le long de votre scène.

4. En fait, dès le moment où vous apparaissez sur scène ou devant la caméra, vous êtes en situation de jeu. Car, comme vous le savez, un acteur est quelqu’un qui joue une situation. Comme disait Charles Dullin : « Ne jouez pas les mots, jouez la situation. »

Aurélien Rocher, formateur au Studio Muller. 

Qu'est-ce que le talent ?

Qu’est-ce que le talent ?

Voilà une question que bien des gens se posent et qui n’a pas vraiment été encore résolue. Si l’on regarde dans le dictionnaire, Larousse vous dira que le talent, c’est « une capacité, un don remarquable dans le domaine artistique, littéraire ». Une capacité ? Soit. Un don ? Certainement.

Le talent est bien évidemment une aptitude particulière, c’est-à-dire qui se distingue de l’aptitude courante de vos comparses, dans un domaine donné. Le talent est bel et bien un don, quelque chose que vous avez tôt, très tôt, avant les autres et qui vous donne une longueur d’avance.

« La différence entre une compétence et un talent est incomprise. Le talent on l’a naturellement, la compétence est le fruit de nombreuses heures de travail. » – Will Smith

Qu’est-ce qui fait que vous avez du talent ? Sans doute le hasard. Une conformation du cerveau qui vous permet de comprendre, parfois de façon non consciente, plus vite et mieux que les autres. Avoir du talent n’a rien de magique mais fait bien plus appel à des questions de connexions neuronales données puis modifiées, voire perfectionnées, par votre environnement familial, éducatif, culturel, etc. Voilà sans doute pourquoi, des enfants avec une oreille fine et baignés depuis leur plus tendre enfance dans un univers musical (par les parents, notamment) développeront plus facilement que d’autres un talent pour jouer de la musique. Et je ne vous parle pas de ceux qui ont « l’oreille absolue », cette aptitude qui fait que certaines personnes sont capables de vous donner instantanément les notes de musique d’une mélodie qu’ils viennent d’entendre. Comment le font-ils ? Ils n’en savent rien. Ça vient… tout seul, c’est tout, comme vous lorsque vous vous mettez à parler : vous ne savez pas comment vous faites.

« Le grand art, c’est 75% de travail acharné et seulement 25% de talent. Le talent est exclusivement le résultat d’un travail acharné. » – Lee Strasberg, L’Actors Studio et la Méthode – Le rêve d’une passion

Alors que faire si vous avez du talent ? Le plus gros risque pour ceux qui en ont ou qui tout simplement ont une facilité dans un domaine, c’est de se reposer sur leurs lauriers et de penser que le talent suffit. Grossière erreur ! Pourquoi ? Parce qu’une fois que vous voudrez aller plus loin que ce que vous savez faire, vous n’aurez aucune idée de la façon de vous y prendre. Eh oui ! Tout ce que vous saviez faire jusque-là, vous le faisiez instinctivement, comme une « oreille absolue ». Mais une oreille absolue ne connait rien au solfège (ou si peu), aux harmoniques, aux accords, aux cadences, et autres barbaries rythmiques et mélodiques. Méfiez-vous, une personne qui n’a que peu de talent pour le jeu de l’acteur pourrait bien vous dépassez, parce qu’elle aura développé de façon consciente sa technique de jeu, grâce aux nombreuses heures passées à exercer son « instrument ». Résultat : c’est elle qui décrochera le rôle et vous, la personne pleine de talent, qui vous ferez doubler. Votre confrère ou consœur pourrait même devenir célèbre…

Conclusion : on ne gagne pas une course avec une simple longueur d’avance mais en courant plus vite que les autres. Alors, au boulot !

Aurélien Rocher, formateur au Studio Muller.